jeudi 23 septembre 2010

Comment j'ai failli mourir et comment je deviens immortel


J'ai failli mourir plusieurs fois.
Je suis pas un super-héros, je suis pas un héros, je suis personne, je suis juste un gosse qui faisait le con et qui continue un peu.
Ça a commencé quand j'étais vraiment petit et que je me suis foutu une noix dans le nez. Je sais pas comment, je sais pas pourquoi, reste que je l'ai fait. J'avais déjà des couilles à l'époque. Ça s'est fini aux urgences de Villeneuve St Georges, ville de merde parmi les villes de merde, on m'a mis une sorte d'aspirateur dans le nez et c'était fini. Première et dernière fois de ma vie que je suis allé aux urgences ou à l'hopital, j'ai jamais rien eu à part ça, j'ai pas été chez le toubib pour cause de "maladie" depuis le 11/09/2001. A part ma vue de merde qui aurait pû être corrigée si j'avais mis mes lunettes étant gosse mais nan vu que j'ai préféré jouer la primadonna et jamais les mettre. A part le poids fluctuant (effet yo yo yo nigga), qui avait fait qu'en 6ème une meuf m'avait dit que je devrais mettre un soutien gorge, je lui ai dit de me prêter le sien, elle a dit nan alors je lui ai dit d'aller se faire enculer et c'était réglé. Surtout que quelques années après, tout le monde s'appelerait "gros". A part les vergetures que j'ai choppé en grandissant trop vite, au moins j'ai grandi, puis ça s'atténue avec le temps. Si on me casse les couilles avec ça, je dirais que c'est à cause des accouchements, ça fera de l'effet. J'ai longtemps eu une trace d'une vieille brûlure que je m'étais faite en me jetant sur un plat de paëlla dans un restaurant basque mais elle est partie maintenant. A part tout ça, j'ai pas vraiment de stigmates de mes conneries. Tout ce qu'il me reste, c'est une cicatrice sur un biceps. Fête foraine, une carabine à plombs qu'a déconné mais on a pu retirer le truc avec les doigts.
Mon corps n'est pas un temple, j'ai fait le con avec et il a fait le con avec moi.

Étant gosse, j'avais voulu voir si le barbecue était éteint et j'ai mis ma main sur la grille. Il paraît que j'ai bien bien bien gueulé. En vacances en Bretagne, vu qu'on y allait tous les ans, j'ai fait toutes les cascades possibles et imaginables sur les rochers sans jamais rien me péter. Mission Impossible 2. Des éraflures, des écorchures, mais c'était rien ça. La fois où ça a failli être sérieux, c'était en 2003/2004, avec ma frangine, on avait joué les chauds et on avait décidé de nager loin, très loin… jusqu'au moment où on s'est rendus compte qu'on avançait plus trop et qu'on était irrémédiablement attirés quelque part. Elle, elle a commencé à flipper, pleurer, je veux pas mourir, bref, toutes les conneries. Elle était sur sa planche à la con. Et moi, je continuais à jouer le chaud mais je me disais que ouais, j'allais peut-être mourir là comme ça bêtement noyé devant ces connards de vacanciers qui nous regardaient dériver on sait pas où. En fait, on était attirés dans une sorte de cuvette où tu pouvais t'enfoncer dans le sable et peut-être te noyer si tu te laissais faire mais fallait être con. Alors on s'est laissés emporter et en fait le courant nous aurait ramené sur le rivage tant qu'on touchait pas le sol. On est retournés à notre place et les gens nous regardaient bizarrement. L'autre pleurait, moi je m'en foutais, c'était fini, on avait rien.

Après tout ça, je suis devenu raisonnable. Décevant hein. On m'a juste menacé de mort une fois. Le frère d'un pote en plus. Le mec s'est fiancé récemment mais dans le temps, il allait à Carrefour voler des bouteilles de whisky pour les revendre, un de ses grands projets était de voler des Nike Shox alors qu'on les appelait encore les Boing et qu'elles coûtaient genre 1.200 francs, le mec passait ses journées à se défoncer au shit, il connaissait plus personne, bref le bordel et moi, je savais pas tout ça, il était juste le frangin du mec qui se souviendrait de Lord of War des années après, mais c'est une autre histoire… Un jour, j'attendais un pote en bas de chez lui et l'autre connard arrive, bla bla bla, il veut essayer mon bonnet et fait mine de s'arracher avec alors je le rattrape et en fait il faisait pas mine, il s'arrachait avec. Alors dans ces cas là, vous savez comment ça se passe. Soit on fait la victime et c'est la porte ouverte à tout et on finit dans un sujet de Delarue sur le racket, soit on joue le real nigga à ses risques et périls et on tente le coup. Il faisait ma taille, il était plus gros, c'était l'hiver alors il avait une doudoune et moi, hiver oblige, j'étais pas trop couvert. Le bonnet décorait. Bref avec la doudoune Sergio Tacchini qu'il avait, il sentirait rien mais fallait marquer le coup, au pire, ce serait la dernière fois qu'il me casserait les couilles. Puis il avait pas l'air d'être le genre de mec à sortir un tournevis. D'autres se balladaient avec un tournevis mais là, c'était pas le genre. J'ai posé mon sac par terre, je l'ai suivi, je lui ai attrapé le bras, il se retourne, boom je lui mets une patate dans l'oreille. Ce con me met la même. C'était vexant d'avoir eu la même approche qu'un drogué notoire. Je tente les coups de genoux mais il sent rien. Comme s'il avait pas de couilles. Je tente le coup de tête, il a la tête dure, on en reste aux patates et finalement il me repousse en me disant que je récupérerai mon bonnet le soir. Je lui demande pourquoi il ment. Mon pote descend enfin de chez lui. Et il essaye de raisonner l'autre con qui lui sort la même chose. Des passants s'en mêlent. Il commence à raconter que c'est moi qu'avait volé le bonnet à son petit frère alors là, j'en rajoute, je lui crache à la gueule, je ramasse de la terre et je lui nique son manteau, je le traite de tous les noms, bref, ça y va. Et là, il me fait "si je te revois, t'es mort" et j'ai haussé les épaules. Genre je suis prêt à mourir, t'as pris mon bonnet, t'as pris mon âme, t'as pris ma raison de vivre. La vie ne vaut plus la peine d'être vécue. J'étais Max, c'était un Maximonstre, tout dans l'excès.
J'ai jamais revu mon bonnet qui a dû être fumé. Deux ans après, j'entends parler du frangin et la rumeur court comme quoi il aurait tué un clochard. Genre le clodo lui a demandé du fric, l'autre lui a dit de se trouver un boulot, le clochard a insulté et l'autre l'aurait frappé à mort. Mis au courant de ça, j'ai hésité deux minutes pour le faire bien chier à aller voir les keufs et le balancer mais c'était une rumeur, ça aurait pas fait long feu et là, j'aurais pu être vraiment dans la merde. En y repensant, j'aurais dû faire comme dans les films et aller à une cabine téléphonique le balance. Maintenant le mec a genre vingt-sept ans, il s'est donc fiancé avec une meuf dégueulasse qu'a une gueule à être encore au lycée, ce qui nous fait non pas une, mais deux têtes de cons, j'attends de voir la gueule des gosses qui tarderont pas à débouler.
Après ça, y a eu d'autres petites embrouilles avec des petits cons mais je me laissais pas faire puis j'ai grandi et les deux-trois mecs qui ont essayé de me tester ces dernières années ont vite compris qu'il fallait aller faire chier quelqu'un d'autre donc si vous avez eu des emmerdes à cause de mecs particulièrement remontés, c'était peut-être à cause de moi, vous auriez pu finir le boulot et les pousser au suicide.

A part ça, y a pas eu d'autres expériences de mort évitée de plus ou moins peu. J'ai failli me faire renverser x fois mais ça, c'est normal, surtout dans le 9-4. Dans ces cas là, tu tapes sur le capot du mec en faisant le rageux et ça passe. Faut quand même regarder la gueule du conducteur car des fois y a des nerveux. J'ai tenté deux fois le concours de la Fémis aussi, c'est dangereux ça, j'aurais fait des films de merde après si j'avais été pris. J'ai mangé à Flunch une fois. J'ai baisé sans capotes plusieurs fois mais avec des gens de confiance alors même si c'est pas bien, ça passe encore mais j'encourage pas attention, vous vous êtes cons, vous couchez avec n'importe qui/quoi, vous faites ça entre crasseux/crasseuses, s'il arrive quoi que ce soit, vous l'aurez cherché. Ils ont qu'à faire de meilleures pubs de prévention et des capotes qui te donnent pas juste envie d'aller te branler aux chiottes tellement t'as l'impression d'asphyxier ton plus ou moins petit soldat. J'ai aussi pris l'avion trop de fois. J'ai marché sous des échafaudages. J'ai marché dans les quartiers de Watts, Compton, South Central etc… J'ai marché sur du verglas. J'ai pris le métro alors qu'il y avait un haut niveau de Vigipirate. J'ai bu de l'eau du robinet tiède et j'aurais pu attraper la maladie de Jean-Claude Van Damme. J'ai mangé des trucs périmés. Je suis allé manger au grec et j'y suis retourné encore et encore et encore. Je suis allé me faire coiffer chez des coiffeurs à huit euros. Je suis allé voir Battlefield Earth au cinéma. J'ai écrit sur Internet qu'Inception c'était tout naze et que j'avais raison. J'ai déjà passé la nuit sans fermer la porte à clé. J'ai longé un cimetière en pleine nuit. J'ai traversé un campement de gitans la même nuit. Mais on était trois puis on s'est amusés à sonner chez les gens et renverser leurs poubelles. Je suis tombé nez à nez plusieurs fois avec l'une des pires kaïras du 9-4 qui a insulté Nicolas d'Hélène et les Garçons à une dédicace à Virjain en gueulant "Nicolas ! Va te faire enculer !". C'est resté. Je me suis retrouvé impliqué dans des tapes (pour jouer) où on était une cinquantaine de participants. J'ai en toute connaissance de cause participé à faire chier un mec connu pour être un chasseur ultra rageux. J'ai fait tout ça et je suis toujours là pour en parler.

Y en a d'autres qui ne sont plus là pour en parler. Y avait ce gosse qui nous cassait les couilles au collège. Tous les midis, il se pointait, jouait le chaud et dès qu'on répondait ou menaçait, il faisait miroiter son cousin. Son cousin qui nous connaissait tous et qui n'en avait rien foutre. Parfois, c'était lui qui défonçait le gosse pour nous faire gagner du temps. Quelle crapule ce gosse. En plus d'être casse-couilles, il était asthmatique. Il avait rien pour vivre vieux et ça a pas loupé. Un jour qu'il se promenait avec ses potes sur les bords de Seine, il a fait une crise d'asthme. Les autres ont flippé. Ils ont eu peur qu'on dise que ce soit de leur faute et ils ont foutu le camp. Ils l'ont laissé mourir là comme ça.
Y a aussi l'histoire de cet autre gosse qu'a eu le malheur d'avoir des parents manquants d'imagination. Ils ont appelé coup sur coup deux de leurs gosses Mamadou. On les avait donc différencié partout par grand Mamadou et petit Mamadou. Partout. Même les animateurs au centre aéré. Même les instituteurs. Un jour, y a eu embrouille avec des mecs d'à côté et ils s'y sont pris au mauvais Mamadou. Ils ont embarqué le petit et lui ont fait passer la nuit dans le coffre d'une voiture. C'est un truc du coin pour faire réfléchir les mecs ici, la nuit dans le coffre d'une voiture. Bref ils l'ont relaché mais aussi vite, il pouvait "disparaître". Le grand qu'a eu vent de ça est parti voir les mecs et les a tous défoncés. Ça a pas trop plu aux autres qui ont fait une descente chez nous armés de tout ce qu'ils avaient pu trouver et boom, tape générale à six heures du soir en pleine rue alors que les gens rentraient chez eux. Pas de morts, pas de blessés graves, pas d'arrestation bien sûr, ça servirait à rien mais aussi vite, ça aurait pu déraper.
Y a enfin tous ces morts en sursis, tous les mecs qu'ont été amenés à balancer du monde et qu'on a jamais revus. Des mecs qui savent qu'on les reverra pas si on les revoit justement.
Alors profitez en tant que vous pouvez parce qu'on sait jamais quand ça va s'arrêter et devenez immortel en pérpétuant votre légende.

0 commentaires on "Comment j'ai failli mourir et comment je deviens immortel"

Enregistrer un commentaire

Followers

 

J'<3 pas tout (sauf les teen-shows et Michael Bay) Copyright 2008 Shoppaholic Designed by Ipiet Templates Image by Tadpole's Notez