dimanche 4 juillet 2010

le foot, ça pue, sauf à la récré


Bon, moi, j'aime pas le foot.
Mais je suis un peu comme les vrais racistes, je fais pas de discrimination, j'aime aucun sport comme eux détestent tout le monde avec la même rage.
Y a la coupe du monde en ce moment mais je m'en fous. Par contre j'avoue que les pérégrinations de notre équipe nationale m'ont passionné. J'ai limite envie de faire un film sportif à la ricaine là dessus un jour. Mais un film sportif qui serait pourri de l'intérieur, corrompu, avec une ambiance délétère et glauque un peu. Bref, volez l'idée, m'en fous, j'aurais sans doute eu la flemme de le faire et vos blagues seront moins drôles que les miennes.
Donc voilà, je regarde pas la coupe du monde, on va dire que je m'en tape même mais par contre en primaire et au collège, j'ai suivi la vie footbalistique… de l'école. Là c'était cool, y avait toujours des drames.




Du CE1 au CM1, c'était un peu gay. (Je compte à partir du CE1 parce que j'ai sauté le CP parce que je savais lire et les autres gossent savent toujours pas en fait) Je jouais pas trop parce que y avait un baby-foot et avec mon pote Cédric, on runnait le baby-foot game et on niquait tout le monde, même les CM2. Pour tout vous dire, on avait même participé à une sorte de tournoi et on avait dû aller plutôt loin parce qu'un jour, on était en classe tranquille et tout et on vient nous chercher genre "eh les deux là, vous devez venir jouer au baby-foot." Classe quand même, c'est pas donné à tout le monde ça. D'habitude les gens qui se font venir chercher en plein cours, c'est les cassos qui se font violer par leur beau-père devant de la real TV bas de gamme sur la TNT. Dans toute ma carrière footbalistique, j'ai mis un but dans cette école, faut dire que dès que j'avais le ballon je tirais vers les buts. Fallait bien que ça rentre un jour.
CM2, c'était déjà plus drôle et pris très au sérieux. Les récrés étaient réglementées par les profs qui faisaient liste et tout et tout. Y avait un certain nombre de joueurs par jour, ça faisait un roulement etc… Le truc c'était d'avoir le bon côté du terrain pour pouvoir tricher. Y avait un côté pourri où les cages étaient bien délimitées puisque c'était une vieille entrée de parking ou de remise. Par contre, l'autre côté, c'était des cages de gitans comme on savait tous si bien les faire. Deux branleurs étaient désignés pour retirer leur manteau qui était roulé en boule et devenait un poteau. Bien sûr, au fil de la partie, la géographie des cages changeait, c'était La Maison des Feuilles le truc et ça finissait par ressembler à des cages de hockey. Oh et y avait une fille qui s'appelait Radia et qui se mangeait du "Radia, radiateur, je t'ai radiée de la liste de foot". Un mec lui sortait cette blague genre tous les jours. Toute l'année.
On avait même fait un tournoi inter-écoles, j'ai fait le CM2 de 97 à 98, vous vous rappelez de ce qu'il y a eu en 1998 ? Ouais y a eu le premier Astérix au ciné mais à part ça bande vicelards VMVS (TMTC au pluriel). Donc voilà, on était le Brésil notre classe de connards et on a perdu je crois. On avait du peindre un drapeau du Brésil et tout et fait des photos tous ensemble et tout. La ficha un peu. Je faisais la gueule sur les photos, j'étais déjà un hater.

Au collège, ça a pris de l'ampleur. T'avais les gosses qu'amenaient leur nouveaux ballons que des nerveux faisaient exprès de percher histoire d'avoir leur quota de larmes. J'en ai vu des ballons se faire percher pour rien. Puis le truc drôle c'était ensuite d'essayer de le dépercher avec un autre ballon appartenant à un autre gosse mais le ballon numéro deux finissait lui aussi perché. Double dose de larmes ou de "azy j'm'en bats les couilles, sur la tête de oim, sur la vie de ma mère, sur le Coran de la Mecque, tu me dois un ballon." silence puis "eh j'rigole même pas" alors que dix minutes avant, le mec se la racontait à dribbler tout le monde en faisant des bruits genre "ishhh-ishhh". Bien sûr, plus ça jouait les durs moins ça avait de chances de récupérer un ballon.
Y avait aussi les sadiques qui ont crée des précédents qui ont fait jurisprudence. Ballons de foot en cuir. Ça servait pas qu'à faire du foot ça. Ça servait aux plus bourrins pour tirer dans la foule ou se trouver une victime sur qui tirer. Là aussi y avait des larmes. Et de la chair rougie en plus de ça. Ça fait qu'au bout d'un moment, ils ont interdit les balles en cuir. Alors on est revenus aux trucs en plastique mais ça faisait les drames du ballon perché. (Percher un ballon en cuir, fallait des couilles, peu s'y risquaient mais ça arrivait). Y a eu les balles en mousse ensuite mais ça amusait personne, y avait trop de magouilles genre le mec qui appuie sur le ballon pour pas se faire dribbler, sinon la balle s'envolait je sais pas où, c'était pas très bien. Et ça avait ça aussi beaucoup tendance à se percher.
Y avait un mec qui aimait pas le foot non plus mais il aimait quand même y jouer juste pour faire chier les autres. Genre il frappait les plus petits que lui exprès. Y avait de longues discussions genre "Pourquoi tu casses ?!". Une sorte de Joker anarchiste pour le foot. Et d'autres trucs. Mais oser troubler la quiétude des matchs de foot, fallait le faire. Sinon y avait les mauvais joueurs, les nerveux, qui mettaient des buts contre leur camp exprès, juste pour emmerder le type qui aurait pris le match un peu trop au sérieux. Ceux qui se coincaient la balle entre les chevilles et sautillaient jusque dans les lignes ennemies ainsi. Ceux qui décrétaient que le foot c'était pourri et venaient réquisitionner la balle mais pour ne rien faire avec, juste "l'avoir".
Bon, ça et percher les balles, c'était un peu un truc de "cadre" comme on dit. Les cadres du collège pouvaient se permettre ce genre de choses (et surtout en avoir l'idée au départ en fait…)

Le truc à savoir sinon c'est qu'on peut faire un ballon à partir de rien ou de trucs pas fait pour. Des feuilles de papier roulées en boule ? Foot de classe. Une cannette vide ? Foot de trottoir. En cours de sport, quand on avait volley, le prof pouvait hurler que le premier qui tirait au pied dans la balle serait un homme mort, y en avait toujours pour faire un foot improvisé ou shooter dedans au pied. Le truc qui les démangeait trop.Sinon j'ai vu des matchs à la balle rebondissante. Mais le truc qui a fait recette, c'est la balle de tennis.
Un jour, on était allés jouer au tennis, un mec avait les clés d'un terrain et un de nous arrêtait pas de dire "un ballon de tennis". Ben ouais, tellement habitué à voir les balles de tennis utilisées à tort et à travers que c'est devenu un ballon de tennis. Et avec les ballons de tennis, on faisait pas que du foot, on faisait mieux que du foot, on allait au délà du foot : on jouait au petit pont massacreur.
Ouais c'est bien le jeu qui offusque les gens chez Delarue. Tu fais un petit pont à un mec, il se fait défoncer par tout le monde. Même par des mecs qu'ont rien à voir. Même par un certain surveillant qui kiffait rentrer dans les embrouilles ou placer un coup de pied ou deux dans ces cas là et bien sûr se taper pour rigoler avec les gros durs. Le mec c'était The Shield des surveillants. Trop un rageux. Il traitait la principale de pute, le CPE de tous les autres noms. Il avait toujours son jean bleu délavé et un haut d'ensemble Lacoste. Parfois avec d'autres, on se demande ce qu'il devenu.
Bref le petit pont massacreur = une instiitution. Imaginez le foot et le hooliganisme qui ne feraient qu'un. Les mecs qui se prenaient un petit pont et cavalaient se réfugier chez le CPE pour le reste de la récré. Le CPE qui en plus les virait de son bureau genre qu'est ce que tu veux ? Euh rien. Ben sors alors. Et le mec faisait durer le plaisir le plus longtemps possible pour pas sortir et se faire défoncer. Parfois certains se faisaient faucher en pleine course genre balayette ou alors des gens les attrapaient (même des filles partois) pour les offrir à la plèbe bien remontée. Et encore plus par le fait que le mec essaye de foutre le camp en fait. Y a aussi des gogoles qui se planquaient dans les chiottes, là, autant dire que c'était foutu pour eux. Par contre, je tiens à faire une déclaration, à l'inverse de sujets alarmistes de JT, nous on s'attaquait qu'aux gens qui jouaient, on allait pas derrière un innocent lui faire un petit pont gratuit. Au pire, si un mec jouait un peu trop en croisant les jambes, on attendait le moment opportun pour aller lui faire un petit aqueduc des familles à la main.
Pareil pour ceux qui montaient dans les couloirs sauf que là, c'était encore plus chaud pour leurs gueules vu que là, on allait tous dans les couloirs et c'était la chasse, tout en évitant les surveillants qui balançaient direct les heures de colles comme je sais pas quoi. Une fois, je me suis fait serrer dans le couloir. J'ai balancé les mecs qu'étaient dans ma classe et j'ai dit que je connaissais pas les autres. C'était le surveillant vener qui m'avait chopé faut dire. Surtout que lui il prenait les carnets mais il aboyait plus qu'il ne mordait pour les petites conneries comme ça. Y avait une petite pygmée, tu dessinais une bite, t'avais gagné, heure de colle direct.
Le petit pont massacreur a donné lieu à des moments magiques qui restent gravés dans les mémoires des participants et surtout, ça a prouvé que parfois, le foot, ça pouvait être marrant puisque même des profanes comme moi on pu y trouver leur compte.

Le souvenir que je garderai toujours du foot en lui même, c'était en cours de sport. Tous les matins, invariablement, "Monsieur on fait foot aujourd'hui ?" mais on faisait jamais foot. Et quand on faisait foot, c'était du foot en salle avec une balle en mousse. Les mecs étaient déjà surexcités mais alors qu'on les nargue en leur faisant foot dans des conditions aussi infâmes, c'était le pompon. Je pense qu'en 3ème, on s'est un peu vengés de ça en foutant la merde comme des enfoirés dès la première semaine de cours, on a remis ça de plus belle la deuxième semaine (celle du 11 Septembre, fallait tenir le rythme). Bon, on a su dès la deuxième semaine qu'on irait pas au ski cette année là. Donc on a pu foutre la merde en toute impunité de septembre à juin.
D'ailleurs avant y avait deux classes qui partaient au ski, cette année là, y en a eu qu'une. Les trois autres classes de troisième s'étaient révélées être trop hateuses pour pouvoir y prétendre.

Et je vous ai pas raconté la gueule des cours quand on devait faire acrosport ou gym...

0 commentaires on "le foot, ça pue, sauf à la récré"

Enregistrer un commentaire

Followers

 

J'<3 pas tout (sauf les teen-shows et Michael Bay) Copyright 2008 Shoppaholic Designed by Ipiet Templates Image by Tadpole's Notez