dimanche 31 janvier 2010

Le Baltringue, réalisé et mis en scène par Cyril Sebas


Image

Les animateurs, je sais pas s'ils ont eu le BAFA ou quoi, enfin ceux de la TV, aiment se diversifier. Arthur achète des blagues à des comiques kainris, il les fait traduire et en fait un spectacle qui en plus marche plutôt bien. C'est même pas sur lui que ça donne envie de cracher mais sur les gens qui vont voir ça. Y a Patrick Sebastien qu'a écrit et réalisé un film de fou en 2000, T'Aime, avec la B.O. chauffée par Patrick Fiori et tout et tout. Nagui qu'avait joué dans un film que personne n'a vu. Mais c'est pas nouveau, faut pas croire que les Patrick Sebastien et tout le bordel sont des génies, Jacques Martin avait fait un film, Pierre Tchernia en avait réalisé (et avait réussi son coup) et j'en passe. Y a que Drucker et Denisot (ainsi que ses sycophantes au passage) qui se diversifient pas trop : sucer des bites, ça prend du temps.

Là, c'est Vincent Lagaf' en personne qui se dit "je vais réaliser mon rêve, je vais faire du ciné". Lagaf' pour situer c'est la chanson du lavabo, c'est le Bigdil' (l'émission préférée des beaufs dès l'âge de 4 ans) et des accidents de jet-ski. C'est le mec qu'était assez apprécié par une grosse partie de la population française, ceux qui sont allés voir 4 ou 5 fois les ch'tis pour être sur de bien comprendre et qui remettent ça avec Avatar maintenant. C'est un mec qui faisait rire des gens apparemment. C'est un mec qui fait genre 30% de part de marché à la TV, je vais pas vous expliquer en détails parce qu'on s'en fout mais dites vous que dans un wagon de la ligne 13 ben toutes les personnes assises regardent ses putains d'émissions et aiment ça et se touchent devant. Bref, c'est pas tant que ça le mec qu'avait disparu de la circulation, c'est juste qu'il se fait plus discret. Entre temps, il s'est rasé le crane. Au début j'étais content, je croyais qu'il avait le cancer mais c'était juste pour être plus beau.

Image
Lui, quand son nom apparaît au générique, il est déjà mort.

2010, 27 janvier 2010 même, Le Baltringue sort au cinéma. Le Baltringue, c'est le film sur lequel on aimerait avoir des infos. On aimerait faire un documentaire à la Michael Moore, aller voir tous les gens qui sont au générique et leur poser une seule question : "Pourquoi ?". Comment ?, on le demandera pas parce que quand on voit le résultat, on se dit qu'ils l'ont fait "comme ça", "vite fait" voire "en deux-deux" avec 10 euros de budget. Si ça a couté plus d'un million, c'est dramatique. J'ai même pas envie de me moquer trop ouvertement parce que franchement c'est glauque à regarder. Ca fait peur. Ca met mal à l'aise. Même David Lynch met pas autant mal à l'aise alors qu'il essaye, il fait juste chier.

En tout cas, les emplois fictifs commencent dès le scénario. C'est pas Lagaf' tout seul qu'a écrit ça, c'est pas une lettre volée à un fan myopathe, c'est bien trois mecs qui se sont mis à trois pour écrire ça. Et pas n'importe qui. Enfin presque pas n'importe qui. On a déjà Bibi Nacéri, frère du lanceur de cendrier, qui avait quand même écrit un des films français les plus cools de l'Histoire : Banlieue 13. Le premier qui dit que c'est faux, c'est un fan du Baltringue. Ensuite, on a Chris Nahon et déjà ça se gate, il avait réalisé Le Baiser du Dragon, un des premiers films Europa qui déchirait trop avec Jet Li qui défonçait des flics, des Noirs et regardait les putes pisser dehors. Après le mec a fait L'Empire des Loups et Blood, The Last Vampire dont je parlerais pas parce que j'avais pris ma place, je suis allé dans la salle et suis parti pendant les pubs. Histoire vraie. En tout cas, ces deux là, c'est la preuve qu'une fois sortis de chez Europa, les gens se croient tout permis et font n'importe quoi. Europa agit un peu comme "garde fou", ils laissent pas passer n'importe quelle connerie. Et y a un troisième scénariste, Fred B., il a pas oser mettre son nom entier, il a eu du nez. Un peu comme le monteur qui se fait appeler Mozambyk. Y a un autre monteur, il doit être en phase terminale de quelque chose parce qu'il a mis son vrai nom. Il a du se dire qu'il allait bientôt partir et que vu que ses enfants le respectaient même pas autant leur laisser un héritage de merde et associer leur nom à ça pour toujours. Ou alors il a pris un nom d'emprunt.

Image
Un moment, il baise la meuf à gauche.

Le scénario, c'est vrai que faut au moins être trois pour écrire ça. Y a Monsieur Guy, Lagaf' quoi, qui est présentateur d'une émission de télé-achat foireuse où il s'amuse à faire mal à son assistante en lui foutant le feu, l'électrocutant ou lui tapant dessus dans la joie. En montage alterné, y a un agent secret obèse, Philippe Cura ("vu" par ceux qu'avaient rien d'autre à foutre dans Caméra Café apparemment, ouais ouais le truc encore pire que Kaamelott là), qui dans le film s'appelle Sam et défonce des mecs dont le violeur d'Irréversible à qui il met une balle dans la tête. En même temps, y a un casting genre la Nouvelle Star avec la nièce de l'agent secret dans les locaux de l'émission de Lagaf'. Vous commencez à voir où je veux en venir. Ah oui, dans la cité du cerisier, c'est le nom de la cité dans le film, y a un reunoi qui s'appelle Wi-Fi qui garde des chats dopés au redbull enfermés dans une cave car ils sont devenus trop dangereux.

Vu comme ça, c'est pas plus ridicule que n'importe quelle comédie de merde avec Christian Clavier, Clovis Cornillac, Thierry Lhermitte, Kad Merad enfin bref, c'est pas plus honteux que les quarante autres films du genre qui sortent tous les ans. Le coup du duo mal assorti avec un mec sérieux qui rigole pas et un mec pas sérieux qui fait le con, on connaît, c'est vieux et faut croire que c'est un des seuls arguments de comédie qu'on connaisse en France donc a priori, on peut pas trop vanner là dessus. C'est encore un film français comme un autre. Avec rien de nouveau dans le scénario, aucun risque pris, bref rien de nouveau.

Nah là où le film se distingue, c'est avec tout le reste. Y a pas de décors, c'est studios pas décorés aux murs nus, c'est tout vide, y a un minimum de figurants, des vieilles qui courent après Lagaf', une scène de baise bien vulgaire entre Lagaf' et sa productrice qui arrive genre comme ça, gratuitement et qui ne sera jamais dé-vue car c'est trop tard, le mal est fait. Tout le début du film, il se ballade avec une perruque débile pour info qu'il retire après une fusillade genre ça y est, il est plus le même, il retire sa perruque de loser, il est chauve et c'est le nouveau Bruce Willis comme le laisse entendre l'affiche pastiche de celle de Die Hard 4… Et oui, quand on veut jouer avec Die Hard en France, on s'inspire du plus mauvais, tout pourri, tout niqué, ce serait pas drôle sinon.

Image
Lui, vous l'engagez si vous avez pas le fric pour Clovis Cornillac. Il joue aussi mal.

Le Baltringue, c'est aussi un sens du montage pré-Griffith et Eisenstein. On étire les scènes au possible. Les longs tunnels de dialogues pas drôles, mais qui essaient, sont à là et bien là. "Concentre toi sur la route." "Je suis ultra-concentré. Plus concentré que moi, c'est du lait." Je cite pas verbatim mais c'est à peu près ça. Y a la blague de la couverture niquée et on lui dit de se prendre une couette à la place. Des gags qu'on comprend pas aussi. Des blagues bizarres. La plupart ajoutées en post-synchro de toute évidence. Si vous le voyez un jour… amusez vous à compter le nombre de répliques qui sont dites sans que l'on voit les acteurs les dire. On voit une voiture rouler au loin et les gens qui parlent. Ou un mec de dos en train de dire un truc. Ou les visages des autres perses tandis que le mec en question parle. C'est le genre de feinte qu'on a même pas le droit de faire au lycée en option cinéma sinon on se fait éclater, j'en sais quelque chose, toutes les feintes de merde qu'il y a dans ce film, je les ai faites au lycée ou j'y ai pensé.
Ca peut être expliqué par un tournage chaotique, ça peut laisser penser que le scénar écrit avant de tourner n'a rien à voir avec le produit fini, ça peut laisser penser beaucoup de choses en fait et je dois dire que ce serait intéressant de savoir comment on a pu en arriver là en fait. Comment on a pu sortir un film dans cet état là sur quand même près de 100 salles en France. Y a des films qui sortent pas pendant ce temps. Y a donc un distributeur qui s'est quand même dit que ça valait le coup de sortir le film dans 100 salles en France. Pas 5 ou 6 comme ça peut se faire parfois quand on veut faire une sortie technique pour que le film touche quand même ses aides et tout, an là c'est une vraie sortie. D'ailleurs qui sait, avec 400 salles et un bon battage médiatique, ça aurait pu marcher.

Image
Lui, c'est un gros con pas drôle.

Y a même des trucs à la limite de l'expérimental par moments comme cette magnifique scène où Lagaf' et son acolyte sautent dans un lac pour se cacher. Apparemment, ils ont du se rendre compte en arrivant sur les lieux du tournage qu'ils avaient pas de caméra étanche alors on a à chaque saut dans l'eau d'un personnage un plan magique montrant vaguement un truc qui tombe dans l'eau. Et c'est pas fini, pour simuler le fait que les perses nagent dans ce lac à l'eau couleur Seine et à la profondeur de deux-trois mètres maxi, on a des plans de coupe sans doute issues d'un documentaire genre La Planète Bleue ou une connerie du genre sur Arte et on a droit à de magnifiques images de bancs de poissons en plein océan dans une eau d'un bleu magique contrastant avec le marron caca du lac vu de l'extérieur. C'est le truc le plus GROS du film et le plus pitoyable. On passera sur les figurants de la cité sans doute là pour effectuer un TIG ou rencontrer Lagaf' ou sur la scène que j'ai attendu tout le long...
Je savais qu'on allait revoir les chats enragés et ça a pas raté. A la fin, quand les méchants viennent dans la cité, tout le monde se réunit pour contrecarrer leurs plans dans une ferveur digne d'un Astérix. Ils mettent des rollers et capturent les méchants dans des filets de cages de foot. D'autres jonglent avec des ballons et leur tirent en pleine tête. Et y en a d'autres qui libèrent les chats maudits qu'on ne verra pas. Non, on aura juste une scène animée : un écran noir et des yeux blancs qui apparaissent noyés sous des hurlements félins. De la folie.
Par contre, bel hommage à xXx2 quand Wi-Fi dit aux mecs qu'ils doivent protéger la cité dans un beau discours qui pourtant n'arrive pas à la cheville de celui de Xzibit dans le film sus-cité. "Vous faites ça pour la cité. On est des mecs du 7-6 ou quoi ?!" Je sais pas ou c'est le 7-6 mais ça fait pitié de ce qu'on en voit.

Image
Et lui, c'est le méchant. Il se fait arrêter.

Le seul truc pas logique dans tout ça et qui est pourtant la marque de tout projet de merde qui se respecte, c'est que le film n'est produit par aucune chaîne de télé. Pourtant c'est Lagaf' quoi. TF1 a sans doute eu besoin de moins que ça pour produire certains films auxquels ils ont participé. C'est donc un autre mystère à l'actif de ce film. L'autre mystère, c'est ont ils embauché de vrais handicapés mentaux pour bosser sur le film ? Ce commentaire copié/collé d'un blog allociné laisse à penser que oui, ils l'ont fait :
moi c est benoit j ai tourner dans le film et franchement ce film la et classe dejas d une tu la jamais vu et 2 tu doit etres debiler parceque vincent lagaff a etait le plus droler des emission tele et sur tu regarder le bigdile et tu a bien rigoler mais je te dit dans le role a lagaff dans le film c est tout a fait le personage qui et dejas alors maintenant si t aime pas d accore mais dit pas des chose nule sur une persone qui a réusit ca vie profesionel dnas le cinema et a la tele et o- il a donnez du plaisire a nous personne sur le tournage du film en maintant la bonne humeur merci et aurevoir
Benoît, suicide-toi, vraiment. Et si tu mets pas fin à tes jours, au moins, mets des préservatifs ou si t'es puceau, ne change pas tes habitudes. Merci.
(J'ai pas inventé ce commentaire, il existe vraiment.)

Le tout est réalisé et mis en scène par Cyril Sebas. Oui, oui, "réalisé et mis en scène", c'est ce qu'il y a écrit au générique, le mec est tellement fier de lui qu'il signe le film deux fois. C'est pour info, le réalisateur de Gomez et Tavares 2 qui n'est pas le Bad Boys 2 français. Gomez 2 était pourri mais pas à ce point. Y avait de jolies images qui faisaient un peu clip, c'était de la merde mais mieux foutu que ça. Là, on a des gros plans qui défient l'entendement, c'est d'une laideur à faire ppâlirun mec aguerri comme Jean-Marie Poiré, ça fait peur. Le pauvre, je sais pas s'il pourra refaire un film après ça, c'est triste de finir là dessus. Et s'il en refait un autre, ça voudra dire que tout le monde a sa chance. Le Baltringue, film porteur d'espoir ?

4 commentaires on "Le Baltringue, réalisé et mis en scène par Cyril Sebas"

adrien on 31 janvier 2010 à 15:04 a dit…

autant de texte pour un film que vous n'avez pas aimé, je me dis que vous devez avoir un petit problème psychologique (j'essaye de parler comme vous, aussi violemment, mais je ne suis pas aussi fort)
Du moins, vous n'êtes pas très fort en informatique : "justifié", ça ne veut pas dire expliquer son texte mais lui donner une forme convenable.

kwyxz on 5 février 2010 à 02:44 a dit…

COMPOTE DE CUL ET SALADE DE LANGUE !

Julien on 27 avril 2010 à 02:09 a dit…

What happened to Mark DaCouscous ?

Anonyme a dit…

Adrien évoque "un petit problème psychologique" pour essayer de "parler aussi violemment" que l'auteur de l'article. J'ai franchement ri. C'est difficile de dire "sale enculé de mort, t'insultes mon film préféré j'vais te défoncer la prochaine fois que t'essaye d'ouvrir ta gueule de pauvre connard haineux qui se croit malin à déglinguer toute sorte de film sur son petit blog minable" ?

Et en parlant de gens qui ont du temps à perdre dans la vie, parlons de toi qui essaye de défendre un film tellement à chier que j'aurais honte pour NRJ12 si elle le diffusait ?

Bon, mon commentaire a 2 an et demi de retard, mais moi aussi j'ai le droit d'avoir du temps à perdre et un petit problème psychologique.

Enregistrer un commentaire

Followers

 

J'<3 pas tout (sauf les teen-shows et Michael Bay) Copyright 2008 Shoppaholic Designed by Ipiet Templates Image by Tadpole's Notez