dimanche 19 juillet 2009

Journal de l'accroc aux films de merde - Entrée #3


Image
Toi aussi un jour tu joueras dans un truc aussi bien que Daredevil, sois pas jaloux.

Typique du film chiant malgré la présence de Ben Affleck qui devrait pas jouer dans des films intelligents. Reste en à Daredevil, Père et Fille et des trucs du genre, c'est comme ça que je t'aime, là je vais avoir honte de t'avoir en guest dans mes rêves avec un film comme ça...
Là, il fait un sénateur dont l'amoureuse et collaboratrice se fait buter et son ami d'université, Russell Crowe, fouille-merde professionnel, journaliste quoi, décide de le blanchir. Quitte à découvrir des trucs qu'il aurait pas voulu découvrir po-po-po.
Du bla bla à ne plus savoir qu'en faire tellement y en a. Surtout que c'est du bla bla pas très intéressant, que tout le monde fait son numéro, que y a bien la charge anti-U.S.A. comme on aime l'avoir et qui fait toujours plaisir au public français qui ainsi se dit qu'il voit un film intelligent et peut encore moins se sentir pisser que d'habitude. Un peu comme quand il regarde les trucs sentencieux genre L'Effet Papillon (celui de la 4, pas le film avec Ashton Kool-tcher).

Image

Une comédie française qui commence très mal avec ces deux là dans leur chambre à débiter des dialogues improbables pendant pratiquement un quart d'heure. Heureusement, après ça le film est lancé et malgré que ce soit souvent de l'humour à deux balles, ça marche bien parce que le mec y va à fond. On se dit qu'il a plus douze ans, qu'il va pas faire le coup de la braguette qui se coince dans le rideau et tout... Ben si, il le fait et ça dure genre un quart d'heure à nous montrer pratiquement toutes les conséquences de sa connerie. Et de ses conneries le reste du temps.
C'est donc un humour spécial et l'acteur-réalisateur-scénariste joue un perso qui nous fait penser à un personnage de Wes Anderson qui se serait perdu dans un film français où il serait toujours à deux doigts de serrer nos futures grandes que ce soit Fréderique Bel, Judith Godrèche ou encore Déborah François. Après y a beaucoup de références à des réalisateurs qui font plus rire grand monde de nos jours, ou alors les mitos qui veulent pas passer pour des incultes, mais les références à Tati, Edwards et tout, je les vois mais j'ai pas besoin de me toucher dessus non plus donc je m'arrête là.

Image

Toy Boy, c'est Ashton Kutcher dans un truc à la Bret Easton Ellis dans lequel il aurait des bretelles ridicules, jouerait un mec totalement vide de toute substance, se croyant drôle alors qu'il ne l'est pas, charmant alors qu'il ne l'est pas et qui cacherait sa vacuité totale derrière son physique limite parfait. Il utilise d'ailleurs cet atout pour pécho des vieilles, (enfin des vieilles comme Anne Heche, j'en veux bien tous les jours), et leur gratter du fric et des faveurs. Il veut la belle vie sans faire d'efforts.
Niveau sexe et tout et tout, le film n'hésite pas à y aller. C'est pas super super explicite mais quand même, pour un film américain, on va dire que ça y va, même si au final ça en montre à peine plus que dans Nip/Tuck. Même l'histoire, qu'on pourrait voir comme une abscence totale d'histoire justement, est plus fine et subtile qu'elle en a l'air, au fond Toy Boy, malgré ses grands airs de film provoc, c'est un peu comme les bouquins d'Ellis, très très moral. Ça reste sombre, un peu glauque, la fin en a dégoûté plus d'une mais le personnage a appris sa leçon. Au prix fort.
En plus de ça, c'était vraiment classe niveau réalisation et tout, alors je l'ai vu deux fois. Peut-être une troisième bientôt ? Pour l'instant le meilleur film du mois de juillet.

Image
Harry Potter 6 ou 2h30 pour savoir à qui appartient un livre de recettes pendant qu'Eminem répare une armoire pour aller à Narnia vu que Poudlard c'est devenu grave nul.

C'était long, c'était chiant : c'était bien un Harry Potter.

Image
Viens tirer sur mon doigt sinon je te défonce.

Bronson ou l'histoire de Michael Peterson, devenu le détenu le plus célèbre d'Angleterre. Un chauve à moustache bizarre qui voulait être connu et qui comme il n'avait aucun talent apparent a décidé de s'employer à foutre la merde. Il savait qu'il savait pas chanter alors il est pas parti casser les couilles, enfin les oreilles, aux gens à la Nouvelle Star. Il était abruti mais pas assez pour finir à Secret Story. Alors il s'est dit qu'il allait faire malfrat et c'est parti pour le one man show. Braquage minable. Taule. Bagarre. Isolement. Bagarre. Isolement. Bagarre. Asile psychiatrique. Tentative de meurtre. Bordel. Manifestation sur le toit de l'asile. Il coûte des millions aux pouvoirs publics. Relaché. Fight Club contre des gitans. Pipi sur un gitan. Copine. Braquage. Prison. Bagarre. Prise d'otage en taule, dans sa cellule : fallait le faire ça. Art. Dessin. Crayola. Il se découvre une âme d'artiste. Il va exposer. BAGARRE ! Fin.
Si vous aimez la bagarre, la musique classique et des réalisateurs qu'ont la classe et essaient de réaliser comme Kubrick : Bronson vous plaira. Seul problème, le rythme, ça dure 1h20, ça en paraît le triple.

Image

Déception : ça parle même pas de Corky. C'est du niveau d'un téléfilm d'M6. Enfin c'est un peu mieux qu'un téléfilm M6 quand même. Les yeux d'Amanda Peet sont hypnotisants. Et y a bien que ça d'hypnotisant dans ce film 'mignon' qui a au moins le mérite de ne pas être le K-Pax des putains de gamins fans de Shrek qu'il avait l'air d'être à la vue de la bande-annonce qui avait le Label Rouge des films gays. Sinon John Cusack fait son John Cusack, ils ont fait le pack familial avec sa frangine, le petit on dirait qu'il attend que la Mort vienne le chercher et Amanda Peet est fidèle à elle-même, très jolie dans des films bas de gamme.

Image

Troisième film de Steven Soderbergh en 2009 et il arrive à faire de plus en plus chiant. Après Che ! La Recette I et II, The Girlfriend Experience sur les " " " " aventures " " " " d'une jeune escort et de son copain, coach sportif de yuppies. Elle sort avec des vieux pas beaux ou des mecs juste pas beaux mais pas encore vieux, tandis que lui parle business avec les mecs à qui il dit de faire des séries de 10 ou 20 d'exercices divers et variés qu'ils pourraient trouver eux mêmes. Mais ils préfèrent payer pour ça. Sinon c'est le film dans l'air du temps, ça se passe avant l'élection de la baraque aux Bahamas, ça parle de la crise, c'est chiant (alors que ça dure 1h12) mais très joli plastiquement. Un peu comme une belle pub qui vend un produit dont on n'a rien à foutre. Mais il aurait pu faire un livre de photos, ça se serait feuilleté plus vite. Là, c'est un peu un Megan Fox : The Movie mais avec Sasha Grey et sans Optimus Prime, ni Bumblebee qui doit être bloqué à Profil +.

Image

Black. MC Jean Gab1 qui rate un braquage de fourgon blindé et qui dégage alors en Afrique braquer une banque dans laquelle y en a pour une centaine de millions de dollars en diamants. Vu comme ça, on dirait un film sérieux mais en fait c'est un film qui part en couille grave et qu'est beaucoup plus drôle que le film estampillé comédie du millénaire de l'été 2009 par Télérama et les autres. Tout le monde joue mal, pratiquement tout est approximatif, y a un marabout, une sorcière appelée 'Fatoumataaaaaaaaaaa' par son mec qui se transforme en serpent, des lutteurs à moitié à poil qui se baladent la machette à la main, une keuf qui se transforme en panthère et se la joue Nick Nolte de 48 Hrs avec MC Jean Gab'1 qui lui se transforme en lion qui fait 'Roooooar!' et qui rigole comme un abruti quand il réussit à voler un truc. Franchement il arrive à battre le rire de Christophe Lambert. Et il dit "Waho" quand il se la joue blédard. Si ça vous donne pas envie d y aller, je sais pas ce qu'il vous faut.
Y a même Louis Page qui joue dedans, Louis-Karim Nebati les mecs.

1 commentaires on "Journal de l'accroc aux films de merde - Entrée #3"

thebestplace on 19 juillet 2009 à 14:42 a dit…

Tain tu m'as motivé a bouger mon cul pour Toy Boy (big up au menton made in photoshop de l'affiche).

Enregistrer un commentaire

Followers

 

J'<3 pas tout (sauf les teen-shows et Michael Bay) Copyright 2008 Shoppaholic Designed by Ipiet Templates Image by Tadpole's Notez