vendredi 3 avril 2009

Jmpr







Jumper est la dernière livraison du roumain qui nous a déjà gratifié de Mr et Mrs Smith que tout le monde a déjà oublié tellement c'était bien. Et c'est pas ce truc là qui va rester dans les mémoires, même s'il a au moins le mérite de ne pas durer 2h00 comme le précédent et d'éviter les blagues genre "Oh t'as tiré sur l'argenterie de pépé.". Heureusement d'ailleurs parce que c'était minable mais là, Doug Liman explore de nouvelles profondeurs avec le film de science-fiction pour ados débiles à qui il faut mâcher le travail. Jumper nous raconte "l'histoire" de Dark Vador, qui a failli être joué par Eminem, qui a le pouvoir de se téléporter!


Petit Eminem ne savait alors pas ce qu’il risquait

Et après? Ben, c’est tout. Il peut se téléporter les mecs, c’est déjà suffisamment cool. Ils se sont mis à quatre pour trouver ça. Y’avait pas un cerveau dans la salle faut croire. Le pire, c’est que c’est adapté d’un roman. Il doit faire 10 pages. Écrites en GROS. Que fait Dark Vador de ses pouvoirs? Il fait ce que tout gamin ferait, il va voler de l’argent à la banque, le jette en l’air dans sa chambre, part faire du surf où il y’a de bonnes vagues et se téléporte à la porte du frigo ou à côté de la télécommande. Tout ça pourquoi? Parce que c’est un branleur. Une demi-heure pour en arriver à cette conclusion.
Après y’a Samuel M. (comme Motherfucking) Jackson qui arrive, avec un look de ringard, car ça faisait longtemps qu’il n’avait pas fait ce coup et qui veut tuer les mecs comme Dark Vador. Les fameux Jumpers. Pourquoi veut il les tuer? Parce que selon lui, il n’y a que Dieu qui a le droit d’avoir ce pouvoir. Voilà, c’est l’histoire du film et on ne déviera pas de ça. Le pauvre ne sait pas que Dieu n’existe pas. Et les scénaristes auraient pu mettre des musulmans, ça aurait été plus drôle. Si vous voulez savoir comment ils ont leur pouvoir ou comment ça marche, c’est pas ce film qu’il faut aller voir. Je me réjouissais d’avance des explications pathétiques qu’ils allaient nous servir et il n’y en a même pas...


Cool, j’ai pas joué dedans! - Un homme heureux

Le film est ultraplat, il se passe rien, la téléportation est un super concept mais ils ne savent pas quoi en faire alors ils font n’importe quoi... Franchement, au bout de 15 minutes, on voyait déjà les écrans de portables des gens qui regardaient quelle heure il était, c‘est dire à quel point c’était mal parti... Et qu’est ce qu’on a en plein milieu du film? Une réminiscence de Casino Royale bien sur! S’il y’a bien un film dans l’Histoire du cinéma à ne pas copier, c’est bien celui là, mais comme ça a rapporté du fric, ils se sont dit: « Eh, et si on envoyait le beau gosse qui sait pas jouer et la gonzesse à Rome en plein milieu du film? », et ils l’ont fait. Dark Vador va chercher la jolie Rachel Bilson, qu’il n’a pas vu depuis 8 ans, (alors qu’il est poursuivi par Samuel et tout), et ils partent tranquillement à Rome après une scène genre: « Oh David ça va? Quoi de neuf gros? Tu fais quoi? » « Cool, cool, viens on va à Rome? ». En 5 minutes, tout est décidé, ils refont connaissance et dégagent à Rome. Le mec serait devenu un gros violeur/kidnappeur/tortureur entre temps, c’était pareil. L’idée même de la téléportation arrivait à être plus crédible que leur pseudo-relation sensée porter le film.
Après ça, y’a Billy Elliott qu’arrive et là, ça y’est, le film est foutu. Tout le monde se téléporte, ça se court après on sait pas trop pourquoi, on crame des mecs, on menace Samuel de le balancer aux requins, (trop forte la référence), et en gros ça se termine après un cliffhanger pourri. Comme si on venait de voir le pilote d’une série télé qui allait être annulée après 6 épisodes tellement c’est de la merde mais ils se sont dit que les gens préféreraient payer pour voir ça.


Estimation de la taille du tas de merde qu’est ce film

Et c’est pas une fin ouverte de façon subtile à laquelle on a droit, non, là c’est une fin qui fait hurler à tous les Prix Nobels des forums d’Imdb qu’il va y’avoir une suite, voire une trilogie selon les plus vindicatifs. Parce qu’après cette heure et ces vingt minutes de vide, le pire, c’est qu’ils comptent vraiment faire une trilogie de ça, on va donc avoir droit à deux autres films qui nous montreront deux camps, un camp avec des jeunes cools et beaux qui peuvent se téléporter et un camp de vieux qui pensent qu’à les faire chier, et les deux groupes veulent s’entretuer. Les ados vont adorer, ça va leur rappeler leurs parents et la chanson de Will Smith sur les parents justement.
Les incohérences sont légion. Par exemple, pourquoi les Jumpers ne se téléportent pas avec une bombe ou des explosifs et font péter la gueule des méchants qui ne peuvent pas se téléporter, ni rien? C’est ce que je ferais si j’étais eux et pourtant, j’ai pas un doctorat de physique nucléaire. De leur côté, les méchants non plus ne servent pas à grand chose puisqu’ils veulent tuer les Jumpers mais ils se font chier tout du long à essayer de les attraper avec des espèces de lassos électriques à la con. On a aussi droit à des trucs cons genre Samuel qui dit à Dark Vador: « Je sais qui tu es. », bien sur qu’il le sait ce gitan, ils ont tous les deux été dans les derniers Star Wars à chier là.
Au final, pas grand chose à dire de plus tellement c’est vide, pas drôle et d’un niveau de nullité assez abyssal... Ca n’essaye même pas d’en rajouter, c’est le service minimum partout. Acteurs à chier, réalisation minable (dès que ça bouge un peu, on ne distingue plus rien), scénario en phase terminale, il n’y a rien à sauver MAIS il y’a pleeeeein d’effets spéciaux, et ça c’est bien, les petits de 10 ans ont une excuse pour adorer, au delà, c’est pathétique de tolérer ça.

0 commentaires on "Jmpr"

Enregistrer un commentaire

Followers

 

J'<3 pas tout (sauf les teen-shows et Michael Bay) Copyright 2008 Shoppaholic Designed by Ipiet Templates Image by Tadpole's Notez