vendredi 3 avril 2009

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Plexiglas


Indiana Jones.

3 films super ringards dans les années 80, devenus "cultes", non seulement parce qu'il y'avait marqué George Lucas mais en plus Steven Spielberg, ou Ch'pielberg selon les gens. Bref le genre de films qu'on est obligés d'aimer avec Star Wars, Retour vers le Futur et autres trucs démodés... Après les films, c'est devenu une série, les aventures du jeune Indiana Jones, c'est défendu par une dizaine de mecs qui disent que c'est génial mais à part eux, personne n'en a jamais vu aucun épisode. Mais attention, c'est génial. Bref les fans n'étaient pas rassasiés, ils avaient encore la dalle et depuis une dizaine d'années, ils ne réclament qu'une chose: un Indiana Jones 4. Pendant ce temps, Harrison Ford faisait des films que tout le monde a oublié, Spielberg faisait des bons films et se tirait des balles dans le pied de temps, (genre Hook), et George Luca$ comptait son fric tout en massacrant Star Wars. Des milliers d'enfances ont été détruites en 3 films.
Cette fois ils allaient faire mieux, ils allaient faire ça en un seul film.
Les fans cassaient les couilles pour avoir un quatrième Indiana Jones, ils allaient l'avoir et ils n'allaient pas l'oublier.

Image
Ce que les fans auraient aimé faire aux clairvoyants ayant prévu le désastre

Pendant des années et des années, le film a été en développement, il y'avait des problèmes au niveau du scénario qui n'était jamais assez bon mais le scoop, c'est de faire croire qu'il y'a besoin d'un scénario là dedans. Bref. Frank Darabont, Stuart Beattie, on parle même de M. Night Shyamalan pour réaliser, ça y va les noms, les rumeurs, les conneries et les mecs en transe qui n'en peuvent plus d'attendre. Puis finalement, alors que Spielberg était dans une période faste, il annonce au grand désarroi de quelques personnes qu'il va enfin réaliser le fameux Indiana Jones 4, que ça va être trop cool et que les gens seraient pas déçus. Entre temps y'a eu plein de 4, y'a eu Die Hard 4 qui aurait fait honte à Steven Seagal s'il avait joué dedans, Rambo 4 qu'était cool mais "tout le monde", (sauf vous qui avez un cerveau et moi), attendait Indiana Jones 4. Puis les bandes-annonces sont arrivées, rien d'exceptionnel dedans, des gens ont dit que ça allait être de la merde, ils se sont faits traiter de "trolls". Bref. Mai 2008. Le film sort. Tout le monde va le voir. Même ceux comme moi qui n'ont jamais vu un Indiana Jones en entier vont voir ce quatrième volet... Et ils sont pas déçus.

Image
Des fans confiants en route vers le ciné

Je vais voir le film avec quelqu'un. Y'avait que comme ça que je l'aurais vu. On arrive au ciné, on voit le niveau déjà, les gens essaient de prendre une place à la machine et partent gueuler au guichet: "Eh, y'a un problème le film il est que en veauste, comment ça se fait?". O.K. film de beaufs qui savent pas lire, checked. Surtout qu'il suffisait sur la borne d'appuyer sur un bouton pour avoir les séances en VF mais bon. Puis on va dans la salle, pleine bien sur, et la séance commence. Les bandes-annonces donnent le ton, Kung Fu Panda et que des trucs de mômes en fait... Ça donne le ton ça aussi. Puis le film commence. Le Lucasfilm Ltd. verdatre dégueulasse qu'on pensait ne plus jamais voir de nos putains de vies apparaît et bouffe toute la place sur l'écran. A ce moment là, on se rappelle qu'il y'a pratiquement 3 ans jour pour jour, on avait l'impression de s'être fait violer pendant 2 heures et quelques. Mais attention, spoiler alert, Indiana Jones 4 est merdique mais beaucoup moins que Star Wars 3. Puis le logo Paramount apparaît, c'est le logo à l'ancienne qui est sensé se transformer en montagne grâce à un fondu enchaîné, et ça rate pas. Sauf que là, la montagne, c'est un petit tas de sables d'où sort une marmotte. Rires dans la salle. Consternation. Marmotte en 3D bien sur car on est chez George Lucas. On se dit que ça commence mal mais une séquence en bagnole assez cool suit, c'est Spielberg, c'est pas un manche, c'est super cool à regarder même si ça n'avance à rien fondamentalement. A part rappeler à Lucas qu'il aurait peut-être du en rester à American Graffiti. Puis on arrive à la zone 51, les Russes attaquent, ils tuent les soldats U.S., j'ai pas eu le temps de voir s'ils avaient de vrais flingues ou des talkie-walkie, mais c'est pas grave. En plus de ça, les Russes avaient kidnappé Beowulf et un mec tout vieux on sait pas comment. Le mec tout vieux c'est le fameux Indiana Jones. Le retour en grâce commence bien, le mec est présenté comme une grosse victime. Franchement si un jour je vois un xXx3 qui commence comme ça avec Ice Cube en victime, je serais dégoûté. Le bon côté, c'est que ça commence direct a priori et on va pas perdre dix ans à voir un truc HS comme ils font dans les James Bond pour faire durer bêtement. Cate Blanchett arrive, elle lit apparemment dans les pensées, ça commence à bien faire pitié déjà. Ça et son épée à la con alors que tout le monde est armé comme dans GTA San Andreas. Ils fouillent dans un entrepôt, le même qu'à la fin du 1 ou du 2, et ils trouvent un "cercueil" d'alien, d'un alien de Roswell même.

Image
Un fan intégriste voyant SA saga partir en couille grave menace Luca$ et Spielberg

On se dit alors "Cool, X-Files² est sorti en avance!". Mais nan y'a toujours le vieux, c'est pas ça. Vieux qui d'ailleurs fait une diversion débile, sort son fouet à la con et part dans un délire à la Spiderman... C'est minable. Mais sinon il ne fallait pas s'inquiéter de l'age du personnage, à part dans les dialogues où on l'appelle "papy" ou des trucs du genre, pour le reste, pas de problème, les cascadeurs sont là, on fait des plans de dos ou en plongée avec le chapeau qui cache le visage et c'est bon, le mec crapahute n'importe comment et n'importe où. Pas de problèmes. Plus tard, son ex de je sais pas lequel des 3 autres pertes de temps sur pellicule arrivent, et comme ils sont vieux mais veulent montrer qu'ils sont toujours chauds, ils en rajoutent. A mort. Ils sont dans une ambiance au théatre ce soir hystérique assez lourde... Entre temps, Marlon Brando, enfin Shia laBeouf est arrivé et là, on coupe court à la fausse surprise du film, que de toute façon tout le monde connaissait des mois et des mois avant la sortie, c'est son fils. Un fils dont la profondeur psychologique se résume au fait qu'il... se coiffe et se recoiffe. Un fils multi-fonction qui est motard, escrimeur et Tarzan! Oui, pendant la seule grosse scène d'action du film, il rencontre des singes coiffés comme Elvis et il se balance de lianes en lianes avec eux. Pourquoi? Comment? Qu'avons nous fait pour mériter ça? On sait pas et on saura pas. George Lucas et Spielberg nous haïssent en fait...
Bref, après la ballade de lianes en lianes, c'est pas fini, les singes s'attaquent aux gens mais ils ne s'attaquent qu'aux méchants Russes. Singes racistes? Shia parle leur langue? On verra dans la version longue dans 10 ans.

Niveau animaux débiles en 3D, c'est pas fini, y'aura des fourmis en 3D après. Des grosses fourmis en 3D même. Des fourmis géantes, on a vu ça dans les années 50-60, à l'époque, c'était cool mais dernièrement, c'était dans le Roi Scorpion, et le Roi Scorpion, c'est le Roi Scorpion quoi, c'est de la merde. Sinon la 3D, on sait que c'est de la merde, que ça fait regrette à Jésus d'être mort pour qu'il y'ait ça maintenant, mais ça y va, on sent que Lucas est dans le coin. De l'eau en 3D, des animaux en 3D et à la fin, y'a même des conneries en 3D quand les stars du film font leur apparition "live": les ALIENS! Mais pour pouvoir parler de ça, il faut parler de l'histoire du film. En gros, y'avait un crâne de cristal, qui est en fait en plexiglas vu qu'il se casse pas, à retrouver. Tout le monde veut le crâne. Les Russes le veulent parce qu'il peut contrôler les pensées des gens mais comme ils sont cons ils ont pas le mode d'emploi donc on sait pas comment ils comptent l'utiliser. Et Indiana Jones veut le crâne parce qu'il n'a rien d'autre à faire de sa vie. Donc au bout d'un moment, il se baisse et ramasse le crâne. Pendant une demi-heure le crâne passe de mains en mains, Jones, les Russes et Elephant Man qu'est devenu fou et demeuré à cause du crâne. Vers la fin, on découvre une des fonctionnalités du crâne: il est raciste. Les sauvages arrivent, le vieux fou sort le crâne, ça les fait tous dégager.

Image
Un expert es-mito a du appeler Spielberg au sujet des aliens

Nos invincibles héros qui survivent à tout et qui ne sont jamais en danger arrivent finalement dans un temple où il y'a plein de squelettes d'aliens en cercle, on s'attendrait presque à ce que Lucas ait fait un crossover et mitonne un lien avec Star Wars genre un conseil jedi qui serait venu créer l'humanité. Putain, un coup comme ça et les cinés de la Terre entière étaient noyés sous le sperme de fans hardcore de Star Wars... Heureusement ce n'est pas le cas. A la place y'a les Russes qu'arrivent et ils mettent le crâne sur le seul squelette qui n'en avait plus et après... Ben après on comprend rien, sans doute parce qu'il n'y a rien à comprendre, les squelettes d'aliens fusionnent, ça fait un alien vivant, un alien Mission to Mars même, (ah caca! vite brûlez ça au napalm!), Spielberg y tient à ses aliens faut croire, et Cate Blanchett est vaporisée, comme ça, gratuitement. Puis au point où on en était, autant en finir, et y'a une soucoupe volante qui décolle et se fait la valise. C'est pas la première grosse connerie à laquelle on a droit donc ça surprend pas plus que ça, au début Jones s'est caché dans un frigidaire pour échapper à une explosion atomique, le frigo s'est envolé et s'est écrasé super loin et Jones n'a rien eu.
Faire péter le frigo est le nouveau Jump the Shark. C'est o-bli-gé.
Bref, la soucoupe volante s'en va, on aurait pu en rester là mais il a fallu qu'on ait la réplique la plus débile qui ait été entendue en 113 ans de cinéma. Le génie de l'humanité, Indiana Jones, qui a participé à un groupe d'enquête sur les soucoupes volantes et qui doit savoir ce que c'est demande où est allé la soucoupe, si elle est partie dans l'espace, et le vieux fou, qui est tout à coup redevenu sain d'esprit, répond que non, elle n'est pas allée dans l'espace mais dans l'espace ENTRE les espaces. Et là, félicitations, après ça, même se foutre de la gueule d'Uwe Boll, c'est plus marrant. Petite séquence genre "oh y'avait pas de trésor, le trésor, c'était le savoir" et apparemment le gros gros butin c'est d'avoir une famille! C'est assez crade mais c'est pas fini, car histoire d'enfoncer le clou, on a une scène de mariage comme on en a vu dans, genre tous les films qui existent... Et à la toute fin, c'est dommage, il y'aurait pu avoir un truc pour dégoûter à mort tous les fans mais ça n'a pas eu lieu... Le chapeau de papy traînait par terre, Shia laBeouf le ramasse, s'apprête à le mettre, je me disais "cool, va y'avoir des alertes au viol dans la salle s'il fait ça" mais malheureusement papy récupère son chapeau à temps et ça se termine comme ça... Même pas un petit trollage final qui aurait rendu le truc vraiment marrant vu que les gens qui avaient l'air de vivre pour ce film auraient chié des briques.

Image
Le fan de base au bout d'1h30

Le film se termine et on a l'impression d'avoir perdu son temps. Si pendant 3/4 d'heure, le tout passe assez vite, c'est ensuite assez catastrophique et d'un ennui mortel. L'un des bons côtés est qu'on n'entend pas trop la chanson horripilante d'Indiana Jones qu'on se serait attendus à entendre pour un oui ou pour un non. La photo du film est bizarre, éthérée, on se croirait dans A.I. par moments, c'est... étrange. C'est sur ce point éloigné des anciens qui avaient une image plus crade, qui faisait "vraie" au moins, alors que là, ce voile bizarre sur l'image accentue l'impression de fausseté qui se dégage du film. Le film est paresseux, on a l'impression que ça se repose sur ses acquis, qu'ils croient avoir un public captif, fan aveugle, trépané, prêt à avaler la moindre couleuvre, (le public de Star Wars en fait), et alors ça accumule les clins d'oeils que même des abrutis comme moi qui n'ont vu aucun des autres films en entier peuvent comprendre... C'est dire la subtilité du truc. Un exemple flagrant est la statue de je sais plus qui là. On la voit dans le fond un moment, c'est encore au stade du détail. Puis on a une photo du mec sur le bureau de Jones, avec une photo promo de son père du temps de leur précédent film, c'est déjà moins subtil. Et on finit par carrément avoir la tête de la statue qui tombe sur un Russe, après un gros plan sur le nom. Ça pousse le film dans la catégorie "films pour handicapés" ça et c'est pas bien de faire ça. Sinon les quelques clins d'oeils cinématographiques à des classiques genre Welles et tout, c'est sympathique, mais ça fait pas un bon film. Ça se saurait sinon et ça ferait pas dix ans que Tarantino accumule les fonds de cabinet.
Le film aurait pu se laisser regarder tranquillement sans les animaux en 3D, sans les aliens, si le héros avait eu plus une gueule de héros, si ça avait pas tourné à la réunion familiale poussive et lourdingue. Mais là, attention, faut pas dire ça, les ayatollahs Spielbergiens vont venir et dire qu'au contraire grâce à ce schéma familial à dormir debout, ça rentre COMPLETEMENT dans son oeuvre. C'est pas grave si dans pratiquement tous les films, il y'a des situations familiales bizarres comme chez Spielberg, on va dire que c'est lui qui a inventé ça. Pour ma part, je me dis que le film parlait de la Scientologie, tout ce qui a trait aux aliens dans le film est aussi attardé que ce qu'il y'a dans les Aventures de Xenu...

Franchement le film aurait pu être presque cool en dégageant 3 trucs: le début, la fin et tout ce qu'il y'a a au milieu.

0 commentaires on "Indiana Jones et le Royaume du Crane de Plexiglas"

Enregistrer un commentaire

Followers

 

J'<3 pas tout (sauf les teen-shows et Michael Bay) Copyright 2008 Shoppaholic Designed by Ipiet Templates Image by Tadpole's Notez